•  
  •  

Hôtellerie


Problématique de l’hôtellerie suisse : elle a connu le succès jusque dans les années 1970 basé sur la beauté des paysages, l’invention des sports d’hiver, les innovations du début du XXe siècle, une structure de coûts correcte, un positionnement et une image clairs. Elle a par contre mal vécu les changements survenus dans les années 1980, causés par le développement de nouvelles destinations, de nouvelles activités, l’obsolescence des établissements, la perte de qualité des prestations, les changements socio-démographiques, les exigences croissantes de la clientèle en matière de prestations ainsi que du rapport prix/prestation, l’intensification de la concurrence, l’évolution des techniques et technologies de communication, l’augmentation de l’offre de chaînes hôtelières internationales. La bi-polarisation low-cost / luxe est également mauvaise pour le moyen de gamme (une grande partie de l’offre suisse). La stagnation du secteur hôtelier suisse est le résultat d’un cercle vicieux que connaissent beaucoup d’exploitations, à savoir diminution de la rentabilité, baisse constante des investissements et augmentation de l’endettement. Une constatation préoccupante est que plus le nombre d’étoiles diminue, moins les capitaux sont réinvestis. La conséquence est directe sur la non satisfaction de la clientèle et dès lors sur le taux d’occupation et le revenu par chambre (Revpar). S’en suit le processus suivant : Un faible taux d’occupation entraîne un cash flow faible et donc un rendement insuffisant, ce qui implique un manque de capacité à investir et in fine une capacité concurrentielle sur le déclin.

Répondre aux changements du marché : intégration verticale, tendance à la réduction du segment « milieu de gamme », exigences de qualité des clients combinée à la recherche de prix avantageux. Que veulent les hôtes de demain ? Des éléments tangibles, des éléments intangibles, de l’authenticité, de l’exclusivité, du service, du confort, de la qualité, un centre d’accueil, une architecture agréable, de l’information.

Caractéristiques des acteurs : Gros acteurs financiers / fonds d’investissements impliqués dans la branche ; changements de mains fréquents des grands groupes (sans que cela ait forcément une incidence au niveau opérationnel). Apparition de tandems INVESTISSEURS – OPERATEURS ; il s’agit de deux business différents. Vente des murs de l’hôtel et mise en contrat de management, pour dégager des liquidités pour le développement.